Survey » Result overview » All » Survey result

Form "International Tribunal on Evictions”

Tuesday 24 September 2013 8:48:46 am

Informations générales

BELGIQUE
LIEGE
LAVEU
FAMILLE AVEC UN FILS DE 16 ANS ET 3 CHIENS

Description du cas d’expulsion forcée

1 (a déjà eu lieu)
Nous n'avions pas une habitation et recherchions un logement qui pouvait nous correspondre. Il y a des milliers de maisons vides et je ne comprends pas que les gens s’accommodent à cette absurde réalité ! Combien de gens, des familles, des enfants et des personnes âgées vivent dans des conditions déplorables ? Tout cela parce que la loi parle de droit, de biens et de richesses seulement dans le sens de ceux qui y ont accès ! Dans la rue des Wallons, savez-vous combien de biens sont laissés à l'abandon depuis des années ? Ce n'est pas une question que quelqu'un occupe une maison lorsque les gens partent en vacance ! Cette maison, au 103 était abandonnée depuis plus de 8 ans par des propriétaires bruxelloises qui ont la septantaine. Le " Pied de Biche ", ce n'est pas mon style ! Forcer une serrure, non plus ! Et voler, encore moins ! Je n'ai pas besoin de meubles, ni d'objets, ni d'argent .... nous cherchions un toit souhaitions prendre un accord avec les propriétaires afin de restaurer leur maison, payer les consommations (eau, électricité...) et de leur verser un loyer symbolique (à définir avec elles). Avant de nous y installer, nous avons nettoyé la maison, vidé les sacs poubelles et les nombreux cartons et journaux qui y régnaient (certains dataient de 2001). Vous y découvrirez des images prochainement ! Notre démarche, bien que l'on appelle cela ' Squatter ' est une philosophie de vie et de ' Biocentrisme ' en vue de redonner vie à cet immeuble qui se dégradait au fil des années ! Les encombrants étaient nombreux et se cumulaient ... on les a amené au contener en plusieurs trajets ... Plusieurs travaux y ont été réalisés : des images suivront ! Ensuite, les voisins, très curieux ont commencer à nous interroger et certains avaient un esprit détouré ... notamment ceux qui occupaient eux-même le jardin (des propriétaires du 103) et qui ont très vite paniqué de la perte de cet espace qui avait été annoncé à leur entourage comme leur propriété ! La plupart des voisins, nous ont très vite bien accueilli et nous nous sommes aussi investis dans le quartier ... les gens qui nous ont rencontrés nous apprécient, ceux qui nous " Lancent la Pierre " sont hélas, ceux qui jugent avant de comprendre car ils se font manipuler par la presse ! Le 21 août, la police est venue avec les dames, qui ont visité leur maison, vu les travaux, constaté que tout y était et désiraient que l'on reste. Une fiche d'information a été rédigée en ce sens d'ailleurs ! Tard le soir, alors que je m'habillais, les voisins du 105 (Olivier et Laurence) ont sonné chez nous nous demandant : " On vient pour connaître la suite des événements ... ". Ce à quoi j'ai répondu : " quels événements ?" " Avec la Police et comme vous nous avez tous menti ! " Je lui ai répondu : " la situation s'est arrangée et nous avons un accord avec les propriétaires". Ce qui évidemment, n'a pas plus aux voisins ... De là toute une série de mesquineries de leur part ont suivi... Ce sont eux d'ailleurs qui ont prévenu la presse. ILS ont aussi appellés plusieurs fois les propriétaires pour leur faire changer d'avis en les persuadant qu'il fallait qu l'on parte car nous étions des voleurs, des profiteurs... A 70 ans, on est devient de plus en plus influencables et c'est pourquoi, quelques jours plus tard, j'étais convoquée au tribunal alors qu'elles avaient marqué leur accord pour que l'on reste au 103... Mon avocat n'étant pas au courant de l'audience, je me suis défendue seule, tant bien bien que mal... Nous avons reçu quelques jours pus tard un jugement qui nous demandait de partir. Mais mon avocat m'avait assuré que j'avais 30 jours après signification pour partir. Le jugement n'étant pas encore signifié, J'avais encore le temps... Mais un jeudi 19 septembre, la police, les déménageurs, la presse, tout le monde a débarqué alors que je ne m'y attendais pas du tout... J'ai alors appelé mon fils qui était à l'école pour le prévenir et il est directement revenu. Le caméraman de RTL me suivait partout, au moindre déplacement, c'était horrible! Et me voilà expulsée en quelques heures... Merci à tous mes amis et voisins de m'avoir soutenu cette journée... Je tiens à préciser que les propriétaires n'ont ni mari, ni enfants, ni petits enfants, ni amis, pas d'héritiers... Voilà, c'est une expérience de la vie, j'ai appris beucoup de cela... Les services sociaux refusent de m'aider prétextant que j'ai fait des faux... Mais en ce moment, je cherche un logement à louer...
2 PERSONNES DONT 1 FEMME ET 1 ENFANT
Le jugement a été prononcé le 10/09/2013 qui décidait notre expulsion dans les 24 h par un huissier, la police en mettant tous nos affaires à la rue. La motivation du juge est que nous n'avions pas d'accord de loyer et que les propriétaires voulait absolument nous expulser sans pour autant avoir un projet pour cette maison qui restera vide et qui continuera à se dégrader.
Juillet 2013 nous aménagions tout doucement l'habitation. 21/08/2013 les propriétaires et les policiers se rendent dans cette habitation et les propriétaires marquent verbalement et devant la police leur accord à notre séjour. 06/09/2013 Audience au Tribunal devant le Juge de Paix de Liège 10/09/2013 Décision rendue par le Tribunal de nous expulser dans les 24 h 19/09/2013 Expulsion forcée par le huissier, la police et les déménageurs
Moralement nous avons été bien atteints ... mon fils et moi. Nous n'avons plus d'habitation convenable ... Nous sommes dans la rue et officiellement Sans Domicile Fixe. La presse a interrogé les voisins et s'est permise d'écrire une page entière sur nous en racontant des faits absurdes et erronés ! Les voisins, amis et entourage a également été secoué ... Certains mobiliers ont été abîmés voire cassé ou oublié dans la maison lors du déménagement. Les frais de déménagement sont à notre charge et si nous ne savons pas payer cette facture, nous ne pourrons pas récupérer nos biens. Les trajets pour l'écoles de mon fils deviennent compliqués et on n'est pas sur qu'il continuera l'école ... Les chiens sont dans un garage le temps de trouver une solution !
Mon fils allait à l'école dans la rue et les jeunes lui font des remarques déplaisantes et gênantes sur cet événement ! Moi-même en tant que maman, j'ai l'étiquette de la mère qui ne pourvoit pas à une sécurité pour mon fils... Mon fils ne souhaite plus rester dans la même école suite aux médisances des jeunes.
Les propriétaires; Le Juge de Paix; L'avocat des propriétaires; Les voisins qui s'opposaient à notre habitation; L'agent de quartier; l'huissier, 6 policiers; 6 déménageurs;

Mesures prises et suivi

sì (oui: lesquelles ? )
1. Asbl Maison Sociale du quartier du Laveu 2. Le Cercle du Laveu : association qui se trouve dans le quartier
Nous avons déjà été expulsés le jeudi 19/09/2013 et il n'y a aucune mesure particulière qui a été prise à présent. Nous sommes soutenus psychiquement, administrativement parlant et quelques personnes nous ont accueilli les premiers jours qui ont suivi l'expulsion.
Nous parlons de la situation et sommes entrain de réfléchir à la manière d'interpeller les instances supérieures (Ministre du Logement, notre Majesté la Reine) afin de s'opposer à ce que cela se reproduise et en vue de nous proposer un logement convenable à un prix démocratique
Aucune mesure particulière n'a été prise, le service d'urgence sociale du CPAS ne nous a pas aidés parce qu'ils considèrent qu'on est en faute d'avoir squatté une maison.
no (non)
Aucune, l'expulsion a été aussi radicale qu'immédiate, nous n'avons pas eu le temps de nous retourner et le cpas de Liège, alors qu'il est compétent, il ne nous a pas aidé !
Je l'ignore !
Je ne sais pas encore répondre à cette question.

Personne entrant les informations

MUREDDU ROMINA
MERE DE FAMILLE (EXPULSéE°
AUCUNE
PLACE SAINT JACQUES
BELGIQUE
0032 496 / 93. 69. 03
romy.desoye@gmail.com
Facebook : Romina rue des wallons
Français
MUREDDU KILIAN CEDRIC

Documents (télécharger)

No media file is available.
No media file is available.
No media file is available.

Conditions de publication

si (oui)
si (oui)